Mercredi, j’interrogeais Sylvie Retailleau, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au sujet des filières de santé.
En effet, la mise en place d’une mobilité internationale interroge face au désert médical français grandissant. Par exemple, les élèves infirmiers sont désormais incités à effectuer un stage à l’étranger. Il est donc possible de craindre que certains d’entre eux s’installent par la suite à l’étranger.

Toutefois, la ministre rassure sur cette mobilité internationale qui n’est en aucun cas responsable de cette désertification médicale. Cette mobilité est réciproque, car elle est régie par des accords conclus entre diverses universités européennes et cette ouverture sur le monde est bénéfique à nos étudiants.

La priorité est d’accompagner ces étudiants dans leurs choix d’orientation et d’augmenter leur nombre au sein de ces filières afin de répondre efficacement à la problématique de désertification médicale française.

Vous pouvez retrouver ma question ici et la réponse de la ministre ici.