En commission des affaires culturelles nous avons auditionnés quatre de nos collègues sur la restitutions de deux missions-flash : l’une menée par Valéri Bazin-Malgras et Benoît Potterie sur la réforme des études de santé en 2019, l’autre menée par Bertrand Sorre et Michel Larive sur la déclinaison territoriale de l’Agence nationale du sport.

🔷 Mission-flash sur la réforme des études de santé

La loi du 24 juillet 2019 d’organisation et de transformation du système de santé modifie deux éléments fondamentaux et emblématiques des études de santé en France : la 1ère année de ces études, la PACES, d’une part, et l’accès au troisième cycle des études de médecine par les épreuves classantes nationales (ECN) d’autre part. Ces deux pans devaient être mis en œuvre à la rentrée universitaire 2020, cependant, seule la réforme de l’accès aux études de santé l’a été, la réforme des ECN étant, pour l’essentiel, repoussée d’un an.

Pour remplacer la PACES, la réforme a consisté à développer 2 nouvelles voies d’accès aux études de santé, qui permettent aux étudiants de valider des crédits universitaires et de suivre un parcours ininterrompu, même en cas de non-admission en 2e année d’études de santé :

Une voie “PASS” (Parcours d’accès spécifique santé), dans laquelle l’étudiant choisit une mineure dans un autre domaine que la santé, vers lequel il pourra se réorienter s’il n’est pas admis en 2e année d’études de santé mais valide son année universitaire

Une voie “LAS” (Licence accès santé), ressemblant à une licence classique à laquelle s’ajoute une matière mineure en santé et à l’issue de laquelle l’étudiant peut soit être admis en 2e année d’études de santé, soit poursuivre sa licence. À l’issue de la 1ère année, un étudiant de PASS ou de LAS qui n’est pas admis en études de santé mais qui a validé ses crédits universitaires est admis en 2ème année de LAS ou « LAS2 », à la fin de laquelle il peut tenter une 2nde fois d’intégrer la 2ème année d’études de santé. Il peut également conserver cette 2nde chance pour l’exercer à la fin de la 3ème année de LAS, ou LAS3 : s’il n’existe pas de redoublement à proprement parler, il y a donc bien une 2nde possibilité d’accéder à la 2ème année d’études de santé.

Cette réforme était nécessaire, elle permet d’augmenter les chances de réussite des étudiants et leur permet de valider leur première année et de pouvoir continuer leurs études sans se bloquer.

Cependant cette réforme a mis en évidence de nombreuses difficultés. Des incompréhensions demeurent, en partie en raison du contexte sanitaire que nous connaissons, mais aussi parce qu’il s’agit encore d’une période de transition et que la communication devrait gagner en efficacité et ne pas brouiller les messages. 

Retrouvez ici ma question aux rapporteurs sur la déclinaison locale de la réforme et l’ouverture du nombre de place, ainsi que sur la répartition des étudiants “primants” et des derniers étudiants de PACES ayant pu doubler leur année pour cette année de transition.

Pour accéder aux auditions : cliquez ici.