Dans le cadre de la mission d’information sur le cadre de l’enseignement hybride et à distance que je mène en tant que rapporteure aux côté de mon collègue Frédéric Reiss, nous nous sommes déplacés vendredi 15 octobre à dans le Grand Est pour échanger avec des lycéens, des enseignants et les représentants du Rectorat sur ce sujet.

Nous avons ainsi visité le lycée Stanislas de Wissembourg, le lycée Kléber de Strasbourg, et avons rencontré Elisabeth Laporte, Rectrice de l’académie de Strasbourg, et Marc Reiss, conseiller au numérique éducatif.

Ces visites nous ont permis d’avoir un retour sur le programme “Lycées 4.0” pendant le confinement ou lorsque les jauges étaient réduites.

Des échanges précieux, qui ont permis de faire le point sur les expérimentation dans le Grand Est. En tant que Présidente du groupe d’études sur l’illectronisme, je mesure à quel point les outils numériques sont indispensables, non seulement dans la vie de tous les jours, mais aussi à l’école, pour l’apprentissage des élèves.

Le premier confinement au printemps 2020 a montré l’intérêt pédagogique des outils numériques. Il a fallu agir rapidement, et cela n’a pas été facile partout. Les enseignants ont eu des difficultés à trouver les bons outils et s’adapter à une nouvelle pédagogie, et les élèves n’avaient pas toujours les moyens en termes de matériel et de connexion pour s’adapter.

Notre mission d’information vise à interroger la manière de faire évoluer l’enseignement, afin qu’il soit davantage adapté à l’ère numérique, et afin d’anticiper d’autres passages à un enseignement hybride ou à distance, comme on a pu le vivre pendant la crise sanitaire.