Projet de loi Orientation et Réussite des Étudiants, article 5, année de césure

Mme la présidente. « La parole est à Mme Béatrice Piron. »

Mme Béatrice Piron. « Comme mes deux collègues du groupe La République en marche qui sont intervenus avant moi, je défends l’année de césure. Je souscris à leurs arguments, mais je voulais vous parler plus précisément de la nouveauté introduite dans cet article : la possibilité de prendre une année de césure entre le baccalauréat et les études supérieures.

Au cours des auditions, nous avons écouté des étudiants, et nous avons constaté que ce type de demande peut répondre à différentes attentes. Certains étudiants souhaitent acquérir plus de maturité ou plus de compétences, par exemple dans une langue étrangère, avant de commencer leur cursus. D’autres étudiants peuvent avoir besoin de temps pour peaufiner leur projet d’orientation, y réfléchir. Certains hésitent entre deux voies, et pourront peut-être, grâce à des stages, faire leur choix. Ceux qui constatent que leur affectation initiale ne correspond plus à leur attente pourront, l’année suivant leur expérience, se réinscrire sur la plate-forme pour formuler de nouveaux vœux.

Nous devons donc imaginer un système à la fois souple pour les étudiants et simple à gérer pour les universités, un système qui à la fois maintienne une garantie de place après le retour de l’année de césure et permette de changer de domaine le cas échéant.

Par ailleurs, l’étudiant qui reçoit son affectation dès le mois de juin et qui a le projet de partir directement pour une année de césure entière doit pouvoir valider sa convention au plus vite, afin de ne pas avoir à retarder son projet et, surtout, de libérer une place pour permettre à un autre candidat de suivre des études dans la même voie.

Toutes ces possibilités permettront aux étudiants des promotions futures de personnaliser eux-mêmes leur formation en y intégrant des séjours à l’étranger ou des passages par le monde professionnel.

Pour conclure, je suis confiante sur la façon dont les étudiants se saisiront de ce dispositif et dont les établissements l’encadreront. Je voterai cet article. » (séance publique du 14 décembre 2017)

 

Pour en savoir plus sur le Plan étudiants du 30 octobre 2017 : cliquez ici