Lors des questions orales sans débat à l’Assemblée nationale, j’ai interrogé Mme la ministre Frédérique Vidal sur la prévention et la lutte contre l’illettrisme dans l’enseignement scolaire. Depuis quatre ans, la maîtrise des savoirs fondamentaux à la sortie de l’école primaire, « lire, écrire, compter, respecter autrui », est une priorité de l’action du ministère. C’est en ce sens que les classes de grande section, de CP et de CE1 ont été limitées à 24 élèves et à 12 élèves en réseau d’éducation prioritaire, que la formation des enseignants a été renforcée et que des références communes en matière d’approche pédagogique des apprentissages ont été privilégiées. Ces réformes, qui concernent prioritairement les élèves de l’école primaire, contribueront indéniablement à prévenir l’illettrisme et le décrochage scolaire.

Toutefois, des élèves n’ont pas pu bénéficier de ces réformes, notamment des collégiens et des lycéens actuels et des études montrent l’urgence de la situation : les résultats du test de fluence organisé à l’entrée en 6ème indiquaient en 2021 que 15 % des élèves n’avaient pas le niveau attendu en fin de CE2 et les résultats de la journée défense et citoyenneté de 2019 ont permis de détecter 14,46 % des jeunes appelés en difficulté de lecture. Ces difficultés se répercutent tout au long de la vie professionnelle et il est par ailleurs très difficile d’y remédier après la scolarité. Or l’écriture et la lecture deviennent des compétences professionnelles de plus en plus indispensables du fait de la digitalisation et 76 % des employeurs seraient aujourd’hui confrontés à des lacunes en français selon une enquête de l’institut IPSOS.

Aussi, j’ai questionné la ministre sur les dispositifs particuliers qui ont été mis en œuvre ou que l’éducation nationale entend déployer au profit des collégiens ou des lycéens qui ont d’importantes difficultés avec les savoirs fondamentaux et notamment les jeunes appelés à la journée défense et citoyenneté qui sont encore scolarisés.

Frédérique Vidal a rappelé que l’une des missions fondamentales de l’Ecole de la République est de donner les même chances à tout le monde. La maîtrise des savoirs fondamentaux : « lire, écrire, compter » est indispensable à l’atteinte de cet objectif. Elle a réaffirmé que la priorité durant le quinquennat a été donner à l’école primaire. Elle a également mis en avant la lecture, érigée en grande cause nationale, ce qui permet d’aider les élèves en difficulté avec notamment les partenariats entre lycées, collèges et bibliothèques publiques qui sont désormais systématiques.

Retrouvez mon intervention ainsi que la réponse de Mme la ministre ⤵️